Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

D'encre et d’encore, Lydie Arickx, Arborescences

Deux livres pour accompagner votre printemps

D'encre et d’encore, Lydie Arickx, Diabase, 2021, ISBN 978-2-37203-031-1, p.224

Un très beau texte de travail d’une artiste infatigable, poétique et subversif car il nous oblige à déporter notre regard vers la chose, l’origine, la matière du monde. A lire avant de se rendre à la grande rétrospective de Lydie Arickx Arborescences, qui se tiendra au Château de Chambord du 30 mai au 17 octobre 2021.

« Voir, quelle aventure ! Voir et tout est dit. On a l’illusion que tout le monde voit la même chose, mais c’est toujours à travers nous-même que nous voyons. Si chaque regard est unique, alors le monde est unique. Je suis née peinte, je suis tombée dans la vie les deux pieds dans le seau avec les pinceaux bariolés de nuances arrangées qui sentent bon le miel, l’huile, le médium, ou le fiel de bœuf. »

Lydie Arickx ouvre la porte de son atelier et de ses perceptions. Elle ouvre aussi les mots, et propose de la suivre sur les chemins de sa création, avec à ses côtés son mari, Alex, et leur fils César. D’encre et d’encore est le livre d’une quête furieuse des mystères de l’organique, des métamorphoses du corps et des énergies originelles.

 

Arborescences, Lydie Arickx, In Fine, ISBN 978-2-902302-86-4, p.160

La fréquence des arborescences dans les œuvres de Lydie Arickx dépasse le motif et ses associations allégoriques : elle constitue la matrice dont toutes les figures procèdent. La définition même du terme, conjuguant dessin (la forme de l’arbre), objet (l’arborescence informatique par exemple) et organe (l’arborescence des veines ou des poumons), ouvre tout un ensemble de possibilités qui, dans l’exposition, et dans ce livre, épousent le flux vital, et explorent la diversité qu’il produit. Les arborescences proposées par Lydie Arickx refusent toute hiérarchie pour prendre le parti du multiple, de l’excédent, du croisement et des transfuges, de sorte que les trois règnes (animal, végétal et minéral) sont appelés à se croiser au sein d’une même œuvre et d’un objet à l’autre, au fil des 150 pièces qui seront rassemblées à Chambord, dont la moitié créée pour l’occasion.

Château de Chambord, Du 30 mai au 17 octobre 2021

D'encre et d’encore, Lydie Arickx, Arborescences
Tag(s) : #Artiste, #Beaux-Arts, #Livre, #Exposition, #Arickx
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :